Kumiut était au Quai d’Orsay pour assister à la conférence « Climat : les femmes s’engagent ! »

Kumiut était au Quai d’Orsay pour assister à la conférence « Climat : les femmes s’engagent ! »

Le 16 octobre dernier, Kumiut a assisté à la conférence « Climat : les femmes s’engagent ! », organisée conjointement par le Ministère des Affaires étrangères et du Développement international et le Ministère des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes, au 37 quai d’Orsay, Paris VII.

En présence de Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères et du Développement international, d’Annick Girardin, secrétaire d’Etat au Développement et à la Francophonie, de Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes, et de Pascale Boistard, secrétaire d’Etat chargée des Droits des femmes, cette rencontre fut consacrée à la place des femmes dans la lutte contre le changement climatique.

  Le Quai d'Orsay

« Faire de la COP 21 un moment historique »

A la veille de la COP21, qui se tiendra du 30 novembre au 11 décembre 2015, Pascale Boistard a ouvert la conférence en réaffirmant la volonté de faire de la COP21 « un moment historique ». Elle a également rappelé que le dérèglement climatique avait un impact sur toutes les composantes du développement durable, sujet sur lequel le gouvernement s’est engagé à travers l’agenda 2030.

« Soutenir les femmes face aux enjeux du dérèglement climatique »

Les différentes interventions qui se sont ensuite succédées ont souligné les enjeux du dérèglement climatique, en particulier pour les femmes, qui sont souvent les premières à en gérer et subir les conséquences – ndlr : 70% des personnes vivant sous le seuil de pauvreté dans le monde sont des femmes.

Toutefois, cette rencontre n’avait pas pour but de placer les femmes en tant que victimes mais bien d’insister sur la nécessité d’un Accord prenant en compte leur rôle fondamental dans les actions et les décisions importantes concernant le climat. Ce sont elles qui sont au cœur de la famille et donc plus largement de la société. Très souvent en charge, dans leur quotidien, de la gestion des ressources naturelles, via leur rôle dans l’agriculture ou encore dans le réapprovisionnement en eau et en énergie des habitations, elles appréhendent, au plus près des réalités terrain, les questions climatiques, d’accès aux ressources, etc. Par ailleurs, ce sont elles également qui éduquent la société de demain, par ce qu’elles transmettent aux générations futures.

Toutefois, tout en étant au cœur des problématiques et des enjeux liés au changement climatique, leur capacité à apporter des solutions concrètes et à les transmettre est souvent limitée, car elles ne disposent pas des espaces permettant de faire entendre leur voix. Lors de la rencontre, un Appel à « Soutenir les femmes face au dérèglement climatique » a donc été lancé afin de sensibiliser largement autour de la nécessité de soutenir les femmes afin qu’elles puissent jouer un rôle déterminant dans la lutte contre le changement climatique.

Conférence "Climat : les femmes s'engagent!"

Un appel pour promouvoir le rôle des femmes dans les questions climatiques et de développement durable

Que comprend cet Appel ?

  • L’inscription des Droits humains et de l’égalité femmes-hommes dans l’Accord de Paris, la valorisation de la contribution des femmes et le renforcement de leur participation à tous les niveaux de la lutte contre le dérèglement climatique.
  • La traduction concrète de ces engagements en s’assurant que les projets et financements consacrés à la lutte contre le dérèglement climatique promeuvent l’égalité femmes-hommes et l’autonomisation des femmes.

Lors de la conférence, il est en effet apparu assez clairement que le principal problème, dans la lutte contre le changement climatique, n’est pas le manque de solutions concrètes, en nombre aujourd’hui, mais bien les moyens de les mettre en œuvre, ce qui nécessite de répondre à deux grands défis : la place accordée aux femmes, actrices majeurs du sujet et le manque de financements pour soutenir les différents projets qu’elles portent. Chantal Jouanno, présidente de la Délégation aux droits des femmes du Sénat,  a ainsi rappelé qu’à l’heure actuelle, 70% des financements alloués sur les questions climatiques et de développement durable sont accordés aux hommes contre 30% seulement aux femmes.

En vue de peser plus concrètement dans les décisions politiques cet Appel, soutenu par ses rapporteurs (Danielle Bousquet, présidente du Haut Conseil à l’Egalité entre les femmes et les hommes, Catherine Coutelle, présidente de la Délégation aux droits des femmes de l’Assemblée nationale, Pascale Boistard et Chantal Jouanno), a fait l’objet d’un plaidoyer, intitulé  » Les femmes, actrices de la lutte contre le changement climatique ». Il fut remis en mains propres à Laurent Fabius et Marisol Touraine qui se sont engagés à le promouvoir.

En conclusion, Marisol Touraine a fait part de 4 attentes fortes :

  • Que le droit des femmes soit présent dans l’accord de la Cop21 dès le préambule.
  • Que les femmes soient plus présentes dans les délégations des parties et impliquées au plus haut niveau des décisions.
  • Que les projets inscrits par des femmes soient prioritaires dans les moyens financiers qui seront développés à la Cop21
  • Enfin que le programme en rapport avec le genre et le climat se poursuive.
Laurent Fabius

Laurent Fabius a, quant à lui, rappelé 4 points importants :

  • L’absolue nécessité d’inscrire l’égalité des hommes et des femmes dans les accords de Paris.
  • Faire en sorte que les UNFCCC mentionnent le genre.
  • Sur les questions de financements, augmenter les interventions du Fond Vert, mais aussi des banques et des investissements privés.
  • A échéance 2017, élever de moitié l’égalité femmes/hommes afin que les femmes puissent faire entendre leur voix.

La lutte contre le dérèglement climatique devra donc obligatoirement passer par une amélioration du droit des femmes et une augmentation significative des moyens de financements jusqu’ici encore très insuffisants.

Pour en savoir plus sur cette conférence, consulter le dossier de presse.